• by Alex HOUPERT
  • 16 March 2018

FRANCE INTER - INTERVIEW

Studytracks est une application qui met les cours en chanson. L'état de la matière, la conjugaison de l'imparfait, le théorème de Thalès, contre 4,99€ chaque mois, les collégiens peuvent apprendre en chanson les bases des cours de 4eme et 3eme.

Sur une orchestration plutôt entraînante, un rappeur déclame l’histoire de la condition féminine : «Le Code civil établi en 1804 par Napoléon détermine juridiquement le statut des femmes en France » Ce titre fait partie des 125 morceaux en français proposés par l'application Studytracks. 

Une application qui met les cours en chanson afin de permettre aux élèves de mémoriser plus facilement. Alexandre Houpert, le co-fondateur de l'application, explique : "On travaille avec une équipe de professeurs, on leur a demandé quelles étaient les notions à connaître sur les programmes de 4eme et de 3eme, quels étaient les sujets les plus importants. Et ensuite c'est le travail de notre équipe de musiciens de faire une chanson avec la fiche de révision qu'aura fait le professeur "

Les co-fondateurs de l'application sont en effet persuadés qu'il est plus facile d'apprendre en musique
C'est ce que va tenter de vérifier scientifiquement Emmanuel Bigand, ce chercheur en psychologie cognitive au CNRS est spécialiste des effets de la musique sur le cerveau. Dans son laboratoire d'étude de l'apprentissage et du développement à Dijon, une autre chercheuse Laura Ferreri a déjà prouvé que le cerveau consommait moins d'énergie et était plus performant s'il apprenait en musique. Mais attention il ne faut pas que ce soit fait n'importe comment sinon cela peut-être contre-productif. C'est pour cela que ces chercheurs vont tester l'application avec des élèves.


En attendant les résultats, nous avons fait testé l'application à deux troisièmes
Même si Angèle et Eva n'ont pas trop de mal à retenir leurs cours, elles trouvent le concept plutôt intéressant : "Vu que c'est de la musique, il y a du rythme et c'est entraînant. C'est fait pour rentrer dans la tête. Et comme les informations sont placées dans le refrain, c'est plus simple à retenir", commente Angèle.
En revanche, les deux collégiennes sont un peu plus réservées sur les chansons sur les maths : "C'est pas vraiment pratique car les formules sont dites rapidement et tu n'as pas le temps de comprendre" explique Eva, qui d'ailleurs se demande si la musique ne lui donnerait pas plus envie de danser que de retenir la leçon.
En deux ans, l'application a déjà séduit 175 000 utilisateurs en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Ecoutez l'interview sur France Inter
https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/1a3da7ce-78ff-4b36-8cae-31fac862281d